Discours de l’Ambassadeur Sison lors du 243ème Anniversaire de l’Indépendance des USA

aclafortune July 4, 2019 0

Chers invités,

Chers amis –

Nous sommes vraiment ravis que vous ayez pu vous joindre à nous ce soir.

Et n’est-ce pas que la musique est extraordinaire ce soir?! Ces musiciens formidables du groupe Déja Grüv nous viennent directement de Washington, DC , notre capitale– that was an amazing rendition of the Star Spangled Banner !

Et je remercie aussi Gospel Kreyol pour cette belle interprétation de l’hymne national haïtien!

Ce soir, j’ai voulu commencer par un peu d’histoire – l’histoire est importante car elle nous permet de comprendre notre passé, ce qui nous permet également de comprendre notre présent et de construire notre avenir.

En remontant dans l’histoire, je voudrais que nous examinions ce soir les nombreuses contributions de Frederick Douglass, l’éminent auteur et abolitionniste américain.

Et bien sûr, Frederick Douglass a été aussi mon très distingué prédécesseur – il a été le chef de la mission diplomatique américaine en Haïti de 1889 à 1891.

Le portrait de Frederick Douglass est affiché bien en vue à notre ambassade à Tabarre (et oui, je l’ai emprunté pour le mettre à l’honneur sur la table d’entrée de ma résidence ce soir, comme vous avez dû le voir en arrivant).

Aux États-Unis, on se souvient de Frederick Douglass pour avoir utilisé son discours de la Fête de l’Indépendance 1852 pour rappeler à son auditoire la nécessité de l’égalité sociale et de la valorisation de la dignité de tout être humain.

Et Haïti était très importante pour Frederick Douglass, et très chère à son cœur. Cedar Hill House, la maison de Douglass à Anacostia à Washington, D.C., est maintenant un site historique du U.S. National Park Service. Les guides touristiques de Cedar Hill notent que la maison affichait des portraits de Toussaint Louverture et de Florvil Hyppolyte du vivant de Douglass.

Frederick Douglass, ce leader américain vénéré est né esclave en 1818 sur la côte Est du Maryland, et fut esclave pendant vingt ans, avant de s’enfuir vers le nord.

Il a consacré sa vie au service de la fonction publique des États-Unis.  Après avoir emménagé à Washington, DC, Douglass occupa une série de postes de haut niveau sous cinq présidents américains.

En plus de sa longue et brillante carrière, on se souvient aussi de Frederick Douglass aujourd’hui aux États-Unis pour la puissance universelle de ses paroles.

Douglass a utilisé son extraordinaire talent d’orateur pour exprimer l’urgence et l’importance de la liberté et de l’égalité.

Frederick Douglass avait bien compris l’histoire des États-Unis et l’histoire d’Haïti. Lors de son discours à l’occasion de l’inauguration du pavillon d’Haïti à l’Exposition Universelle de Chicago en 1893, il a décrit avec une émotion bouleversante le chemin remarquable qu’avait parcouru Haïti pour devenir une République libre et indépendante.

Voici ses mots puissants, que je cite: «Nous ne devrions pas oublier que la liberté dont vous et moi jouissons aujourd’hui, est en grande partie due à la position courageuse adoptée par les fils noirs d’Haïti, il y a 90 ans… Quand ils ont sonné l’heure de la liberté, ils l’ont construite mieux qu’ils ne le savaient. »

Vous savez, j’adore cette tournure de phrase: «Ils l’ont construite mieux qu’ils ne le savaient…»

C’est-à-dire, l’histoire d’Haïti fait partie de notre histoire, l’histoire des Etats Unis de l’Amerique.

Frederick Douglass a déclaré aussi, et je cite :  « Il y a plusieurs raisons pour lesquelles une bonne entente devrait exister entre Haïti et les États-Unis. Sa proximité… son histoire, ses progrès et ce que peut être son destin…Si on mesure la distance par le nombre d’heures et l’amélioration des bateaux à vapeur, Haïti n’est qu’à trois jours de New York et à trente-six heures de la Floride; en fait, une voisine toute proche. »

Haïti et les États-Unis restent et demeurent, bien entendu, des alliés proches, des voisins proches et des amis proches.

Douglass a aussi décrit Haïti ainsi: « Aucune autre terre n’a d’eau plus pure, de sol plus riche ou de climat plus heureusement diversifié. Elle a toutes les conditions naturelles essentielles pour devenir un pays noble, prospère et heureux. »

« Pourtant, la voici, déchirée et brisée par des révolutions de factions bruyantes et des anarchies; pataugeant …dans un labyrinthe de misère sociale. »

« Tant que cet esprit de turbulence prévaudra … son indépendance bien gagnée sera menacée… le bras de son industrie sera paralysé, son esprit d’entreprise languira, les opportunités nationales seront négligées, les moyens d’améliorer l’éducation seront limités …ses espoirs … seront flétris »

Ainsi, dans ce passage, nous entendons Douglas exprimer son angoisse face aux turbulences, donc à l’instabilité en Haïti au 19ème siècle; nous l’entendons inquiet de l’impact de cette instabilité sur la vie quotidienne du peuple haïtien.

Alors comment comprendre que Frederick Douglass avait les mêmes préoccupations il y a 126 ans que nombre d’entre nous aujourd’hui?

L’instabilité, l’insécurité et leur impact sur l’éducation et l’économie sont des préoccupations que nous partageons tous aujourd’hui.

Et que proposait Frederick Douglass comme solution?

Alors, Frederick Douglass, sans surprise, était fermement convaincu du pouvoir du dialogue.

De fait, lorsque ses collègues abolitionnistes ont critiqué sa volonté de dialoguer avec les propriétaires d’esclaves, il a répondu: « Je m’unirais avec n’importe qui pour faire le bien et avec personne pour faire le mal » (fin de citation)

C’est-à-dire, il était prêt à s’asseoir autour de la table avec n’importe qui, et à dialoguer pour préserver le bien commun.

Ceci est un message qui nous est lancé à tous par l’éminent Frederick Douglass: la nécessité d’engager un dialogue de bonne foi afin de préserver le bien commun.

Frederick Douglass — Défenseur de la liberté, promoteur du dialogue, de l’égalité et de la justice sociale – et, bien sûr, grand ami d’Haïti.

Aux États-Unis, on se souvient aussi de Frederick Douglass pour avoir utilisé son discours du Jour de l’Indépendance de 1852 – plusieurs années avant la guerre civile américaine – pour appeler tous les Américains à se souvenir du désir d’égalité et de liberté qui avait animé les Pères Fondateurs.

Encore :  « Je m’unirais avec n’importe qui pour faire le bien et avec personne pour faire le mal » (fin de citation. »  En trouvant un terrain d’entente commun et fructueux par le dialogue, nous espérons voir partout dans le monde, et ici en Haïti, que ceux qui ont des opinions divergentes puissent unir leurs forces et travailler ensemble pour le bien commun.

Les Américains présents ce soir ont placé leurs mains sur leurs cœurs pour chanter que notre drapeau étoilé flotte encore: “O’er the land of the free and the home of the brave.” – « sur la terre des hommes libres et braves. »

Nous, les américains, nous avons une dette considérable envers Haïti dans la lutte pour notre liberté.

Et le bel hymne national haïtien : la chanson de Dessalines exhorte «Pour le pays, pour les ancêtres – Marchons unis, marchons unis»  En effet – “marchons unis,” pour le bien commun !

Pour moi, cela signifie rechercher un dialogue authentique et en toute bonne volonté,  afin d’offrir au peuple haïtien, et surtout aux jeunes, l’accès à l’éducation et aux soins de santé, la stabilité, la sécurité, et aux opportunités économiques.  Car, comme le dit aussi la Dessalinienne, « Formons des fils libres, forts et prospères. »

Enfin, c’est pourquoi l’autonomisation économique et la promotion de la croissance économique sont des objectifs importants pour nous tous à l’ambassade des États-Unis. Ce sont importants pour l’Haiti et pour la region, notre region.

Je voudrais donc saisir cette occasion pour vous présenter nos jeunes entrepreneurs  «vedettes» venus de Martissant, Belair, Cité Soleil, Saint-Marc, Mirebalais et des Cayes, ainsi que Makendy Smith et Nadia Jean – Charles, lauréat du prix Forbes lors du Haïti Tech Summit, il y a deux semaines.

Ces jeunes représentent le meilleur de ce que l’ambassade américaine fait ici pour soutenir l’avenir d’Haïti.

Je pense que mon distingué prédécesseur, Frederick Douglass, aurait été très fier de ce partenariat.

Ann bat yon gwo bravo pou jèn antweprenè ekstraòdinè Haiti Tech Summit- yo – y’ap montre le monde entier–toute enèrgie ak talent la jeunesse haitien-la nan fè biznis, et c’est avèk anpil fierte nou te sponsorize yo nan Haiti Tech Summit.

Stingly Terneus

Stephane Prophète

Gregory Henderson Lefruit

Mondy Pierre Auguste

Vanessa Pierre Louis

Jean Odelin Ordelus

Shella Jean-François

Alamy Jean Pierre

Welseau Jacques

Newchda Oreus

James-Taylor Louis

Alexis Robine

Kettia Denescar

Sandyna Sandaire Jerome

And Maryns-Starline Labossiere

 

Et merci à Hope for Haiti, pour avoir permis à ces jeunes, grâce à votre soutien, de franchir une étape supplémentaire dans la réalisation de leurs rêves d’entrepreneurs!

J’aimerais également saluer les compagnies qui ont généreusement commanditer cette soirée:

American Airlines

BRANA

Brasserie de la Couronne

Capital Bank

Citibank

Caribbean Bottling Company – Culligan

Royal Caribbean

Berhmann Motors

Caribbean Airmail (CAM)

Colibri Haiti

JetBlue Airways

Et La Maison des Vins

Merci d’avoir rendu cette soirée si spéciale!

Mèsi anpil tout moun, et pi kite-nou pa janm bliye gwo amitye ant Ayiti ak Etazinis. M’ap swete nou tout, bòn sware!

Happy Independence Day, America – and May God Bless America!

Comments are closed.